Histoire Fiction

La violeuse

06 novembre 2023
La violeuse La violeuse [Christian DROUET/ STUDIO CREATIVE PARTNER]

Lucie est une violeuse, elle fait des enfants dans le dos. Le consentement masculin ? Elle s’en fiche. Selon elle, les hommes n’ont pas leur mot à dire. Ils sont là pour payer la pension alimentaire, rien d’autre. Après des années à se faire traiter comme une moins que rien par ces messieurs qui ne la rappellent jamais, Lucie a décidé de se venger.


Lucie n’a pas toujours été en colère contre les hommes, elle a d’abord été la gentille, la bonne poire, la ravissante idiote qui plait tant à ces messieurs. Elle les rendait tous fous, tous la désiraient, tous la voulaient pour une nuit ou deux, mais pas plus.

Lucie était sexy.

Elle était le genre de femme qui vous fait tourner la tête, celle qui attire les regards, celle qui suscite les « Hé mademoiselle, viens voir ! » et bien sûr les « Vous être vraiment très charmante ».

Lucie aimait les hommes, le sexe, et les plaisirs de la vie. Malheureusement pour elle, son immense besoin d’amour et d’affection la rendait naïve au point de croire aux petites intentions « désintéressées », aux belles paroles et aux belles promesses.

A chaque fois, elle croyait que c’était le bon. Elle était prête à tout pour ceux qu’elle voyait déjà lui passer la bague au doigt, mais malheureusement pour elle, les hommes la désiraient suffisamment pour coucher avec elle, mais pas assez pour la rappeler le lendemain.

La cruche.

La vérité, c’est que, jamais ils ne la rappelleraient, jamais ils ne l’épouseraient, jamais ils ne la respecteraient, et jamais, au grand jamais, ils ne lui feraient des enfants. Elle n’était tout simplement pas assez jolie pour ça.

Pourtant, elle en faisait des efforts pour être belle ! Elle faisait tout ce qu’il fallait. Elle avait certes, quelques kilos en trop, mais pas tant que ça finalement. Oui, elle avait des formes c’est vrai, mais là où il fallait. Lucie était montée comme une poupée gonflable

Lucie était une « Pick me », celle qui veut être choisi.

Elle obéissait à toutes les invectives de la société qui poussent les femmes à ressembler à des objets sexuels. Les régimes, les exercices, les coiffures, les techniques de maquillage, la mode, les comportements sexy, elle avait 20 sur 20 dans tous les domaines.

Pour les hommes, ça ne suffisait pas. Elle n’était jamais assez jolie. Au mieux elle passait pour la bimbo écervelée, au pire pour la fille facile sur qui tout le monde passe. Elle était celle qu’on appelle quand on a besoin de se vider.

Ils avaient tous les mêmes pensées salasses quand ils la regardaient de haut en bas. Ils voyaient son corps, ses formes, ses mensurations et certainement pas sa personnalité. Elle n’était pas quelqu’un avec qui on parle, mais plutôt quelque chose avec qui on s’amuse.

Quand ses amies tentaient de la protéger, elle leur répondait :

C’est normal ! Tous les hommes sont comme ça. Tout ce qui les intéresse c’est le sexe. Il faut d’abord coucher avec eux si on veut pouvoir discuter un peu.

Elle était prête à tout pour un petit peu d’affection. Elle avait besoin d’attention. Elle voulait un petit copain qui la prend dans ces bras, qui l’écoute et qui lui parle. Un mec sur qui elle peut compter, quelqu’un qui la respecte.

Lucie tentait de combler son immense besoin d’amour.

Elle était complètement désespérée. Les hommes le sentaient, alors ils en profitaient. Ils lui mentaient tout le temps. Ils lui disaient ce qu’elle voulait entendre et la pauvre, ne savait pas dire non.

Lucie a passé toute sa jeunesse allongée. Elle croyait que c’était ça la vie. Coucher avec tous les mecs qu’elle croise, jusqu’à ce qu’il y en ait un qui veuille bien rester. Elle se demandait pourquoi c’était si difficile.

Pourquoi les autres ont tout ce qu’elles veulent ? Pourquoi elles se marient toutes ? Pourquoi c’est si facile pour elles de fonder une famille, de faire des enfants ? Et moi alors ?!

Elle pensait que tout était de sa faute, qu’elle s’y prenait mal. Elle aurait fait n’importe quoi pour avoir des enfants. Elle aurait accepté n’importe quel crétin qui veuille bien devenir père, mais c’était tout bonnement introuvable.

Aucun homme ne voulait être père.

C’était à peine, si elle pouvait aborder le sujet. Les hommes ne se pissaient dessus rien qu’en entendant le mot « bébé ». Si elle faisait l’erreur de laisser penser qu’un jour elle pouvait tomber enceinte ou pire encore, qu’elle voudrait le garder, ils disparaissaient.

Comment faire pour trouver un mec qui veut des enfants ? Ça existe sur cette planète ? Je n'en veux que deux ou trois, pas plus. Mais comment font les autres ?!

Quand elle demandait, les autres lui répondaient qu’elles étaient tombées enceinte « par surprise ». Elles disaient toutes qu’elles ne s’y attendaient pas et qu’elles n’avaient rien prévu. Ça leur était tout simplement tombé dessus.

Juste comme ça.

Lucie tombait des nues. Non pas parce qu’elle trouvait injuste que ce soit si facile pour elles, mais tout simplement parce que les hommes restaient ! Pire encore, ils les épousaient ! Ils se sentaient liés pour toujours et responsable d’une autre vie !

Les hommes étaient heureux d’être père.

Les hommes prenaient tout d’un coup conscience que la vie, c’était autre chose que de s’amuser, boire, et baiser. Ils devenaient des pères de famille respectueux des femmes, qui s’occupent des enfants et qui construisent un foyer aimant.

Même dans ses rêves les plus fous, Lucie n’envisageait pas la moindre seconde, que ces pourritures qui la traitaient comme de la merde, pouvaient changer :

Sérieusement ? Un homme ? Un homme peut faire ça ? Ça existe ? C’est possible !?

Les autres femmes jouaient les étonnées :

Bah Oui.

Et c’est comme ça que Lucie est arrivée à la conclusion, que pour obtenir ce qu’elle voulait, elle devait tomber enceinte « par surprise ».

Elle n’a pas tout de suite manigancé contre les hommes. Elle ne les détestait pas encore assez pour leur faire un coup si bas. Mais de toute façon, elle devait d’abord commencer par identifier sa victime. Il fallait qu’il soit certes un peu faiblard, mais surtout riche, très très riche.

Identifier le géniteur.

Il lui fallait un petit bourgeois, un petit catho coincé, de la vielle France catholique, qui ne lui demanderait jamais d’avorter. Un mec avec des valeurs morales qui lui imposeraient d’assumer sa paternité.

Elle savait où les trouver. Elle savait comment attirer leur attention. Elle savait comment se comporter, s’habiller, se coiffer et se maquiller. Elle n’avait qu’à ressortir ces vieux vêtements, qu’elle c’était jurée de ne plus jamais reporter.

Il lui a fallu un peu de temps pour sauter le pas, quelques verres aussi, mais pas tant que ça finalement. Ce n’était pas aussi difficile qu’elle l’avait imaginé. À ses yeux, faire du mal à un homme avait presque quelque chose de jouissif. Lucie se vengeait enfin.

Pour l’anniversaire de ses 36 ans, Lucie a décidé de s’offrir un bébé.

Elle savait que c’était mal, mais elle est quand même partie en chasse un vendredi soir, en sachant pertinemment qu’elle ne rentrerait pas seule. Lucie a toujours été douée pour attirer les connards, alors elle a facilement trouvé le bon gars.

Une gueule d’ange, un gendre idéal.

Elle a trouvé l’homme parfait. Il avait sur le bras un tatouage chrétien, un crucifix austère, sans fioriture, qui devait sans doute lui rappeler d’agir selon les préceptes de la bible. Un bon monsieur, dans une belle chemise, qui sort du bureau et qui décide d’aller boire une bière avec ses employés, avant de rentrer tranquillement à la maison.

Ce vendredi-là, serait le dernier jour de sa vie de jeune homme naïf et stupide. Sa vie basculerait à tout jamais dans un profond désespoir qui le détruirait à tout jamais.

Jean-Marc, s’est fait violer le vendredi 12 mai 2023 à 22:43, par une jeune femme qui répondait au nom de Lucie.
Le pauvre n’avait aucune chance.

Lucie avait tout prévu. Elle est maline la Lucie ! Elle s’était bien renseignée avant d’agir. Période d’ovulation, protections contre les maladies sexuellement transmissibles, suivi médical, protection juridique et bien sûr le plus important : pension alimentaire.

Lucie a bien compris qu’en France les hommes n’ont aucune chance de gagner un procès contre une femme. Une pension alimentaire de petit bourgeois, ça peut rapporter gros. Cette fois-ci, c’est à son tour de profiter de leur naïveté. Lucie se venge, au nom de toutes les femmes, qui comme elles, se sont fait avoir par les mecs.

Le lendemain de sa petite sauterie, Lucie a d’abord joué le jeu de la jeune femme naïve qui attends désespérément que le monsieur dédaigne la rappeler. Elle lui a envoyé sur Whatsapp, les petits messages habituels qui font peur aux hommes :

Bonjour Jean-Marc, j’ai passé une très belle soirée avec toi, je suis très heureuse de t’avoir rencontré.

Bien sûr, Jean-Marc n’a pas répondu, alors quelques jours plus tard, Lucie a sorti l’artillerie lourde :

Salut c’est Lucie, comment vas-tu ?

Là encore, Jean-Marc l’a ignorée. Elle a d’abord pensée qu’elle était allée trop loin, qu’elle lui en demandait trop, mais quelques jours plus tard, elle l’a à nouveau harcelé avec un :

C’était sympa la dernière fois, tu veux qu’on se revoie ?

Là non plus, Jean-Marc n’a pas répondu.

Lucie était quand même un peu en colère. Son silence l’a blessée. Elle n’avait aucune raison de se plaindre puisque c’était elle qui avait tout manigancé, mais quand même ! Elle a eu le cœur brisé. Elle aurait voulu que pour une fois, les choses se passent bien.

Comme prévu, Lucie est tombée enceinte. Elle a fini par prévenir Jean-Marc qu’il allait devenir papa, et comme vous pouvez l’imaginer, ça c’est TRÈS TRÈS MAL passé.

Jean-Marc est passé par toutes les étapes du deuil.

Il a bien sûr d’abord été choqué. Puis il a nié être le père de l’enfant. Après ça, il était en colère et il a tenté de marchander sa liberté. L’imbécile. Il n’avait toujours pas compris qu’il s’était fait piéger. Quelques temps plus tard, il a fini pas se résigner et ça l’a rendu très malheureux.

Il faut tout de même préciser qu’il l’a quand même un peu insulté. Il était à deux doigt d’utiliser la violence quand il l’a traité de « grosse pétasse », mais finalement, il a préféré ne pas lui tirer dessus avec son fusil.

Le féminicide, c’est mal.

Sa tristesse l’a fait sombrer dans une profonde dépression qui a quasiment causé sa perte. Ça n’a pas été facile pour lui d’accepter qu’il allait devenir père, mais il a fini par faire avec. Il a fini par trouver la force de se reconstruire.

Aujourd’hui encore, il en souffre. Il s’en veut d’avoir un jour posé les yeux sur elle. Il pense que tout est de sa faute. Il a bien quelques pensées de temps en temps pour son fils, mais il ne l’a jamais accepté dans sa vie.

Jean-Marc a toujours refusé de le rencontrer.

Lucie de son côté est ravie. Jean-Marc lui verse tous les mois, une grosse pension alimentaire de plusieurs milliers d’euros et la laisse élever son fils seule, comme elle l’entend. Lucie a eu ce qu’elle voulait et c’est la seule chose qui compte.

Le bébé de la vengeance
La paternité imposée.
[Christian DROUET / STUDIO CREATIVE PARTNER]

À VOUS DE JOUER !

Organisez un apéro débat autour de cette oeuvre et répondez au questionnaire en cliquant sur le bouton ci-dessous.




Le petit sondage

La violeuse : Une « Violeuse » d’hommes ?

Faire un enfant dans le dos n’est pas illégal et n’est pas reconnu comme un viol par la loi, pourtant les hommes qui subissent des paternités imposées se disent victimes de viol. Est-ce que Lucie est une « Violeuse » d’hommes ?
Veuillez sélectionner un réponse.
Please select either existing option or enter your own, however not both.
Please select minimum 0 answer(s) and maximum 5 answer(s).
/component/communitypolls/?task=poll.vote
12
checkbox
[{"id":"55","title":"A. Non, le viol f\u00e9minin n\u2019existe pas, n\u2019a jamais exist\u00e9 et n\u2019existera jamais. Je nie en bloc.","votes":"0","type":"x","order":"1","pct":0,"resources":[]},{"id":"56","title":"B. Oui, c\u2019est ce qu\u2019on appelle la culture du viol. Les femmes sont des violeuses.","votes":"0","type":"x","order":"2","pct":0,"resources":[]},{"id":"57","title":"C. Non, Lucie n\u2019est pas une violeuse, c\u2019est une victime.","votes":"0","type":"x","order":"3","pct":0,"resources":[]},{"id":"58","title":"D. Oui, Lucie est une violeuse. Les femmes doivent tout autant respecter le consentement que les hommes.","votes":"0","type":"x","order":"4","pct":0,"resources":[]},{"id":"59","title":"E. Non, ce n\u2019est pas la m\u00eame chose, seules les femmes ont le droit d\u2019utiliser le mot viol, pas les hommes.","votes":"0","type":"x","order":"5","pct":0,"resources":[]}] ["#6d98ab","#00275e","#feb729","#a8b1b8","#ffffff","#000000"] ["rgba(109,152,171,0.7)","rgba(0,39,94,0.7)","rgba(254,183,41,0.7)","rgba(168,177,184,0.7)","rgba(255,255,255,0.7)","rgba(0,0,0,0.7)"] 350
bottom 200

Cron Job Starts

Sur le même thème

Commentaires (3)

Classé 3 sur 5 et sur 2 votant
Ce commentaire a été modéré par le modérateur du site

Super texte !

  1. 3 / 5
Ce commentaire a été modéré par le modérateur du site

Moi aussi je trouve ce texte extraordinaire !

  1. 2 / 5
Ce commentaire a été modéré par le modérateur du site

Salut

  1. 3.5 / 5
Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair ?

Catégories

NOUVEAUTÉS

LES TITRES

Cron Job Starts