Histoire Fiction

Le biberon woke

28 octobre 2023
Le biberon woke Le biberon woke [Christian DROUET/ STUDIO CREATIVE PARTNER]

Bénédicte est une institutrice de l’éducation nationale qui prend ses responsabilités. Face à des parents absents qui tournent le dos à leurs enfants, Bénédicte prend le relais. Elle leur enseigne ses valeurs, ses idées, ses croyances et ses convictions car selon elle, « tout est une question d’éducation ».


Comme la plupart de ses élèves, Bénédicte a été élevé par une mère absente au sein d’une famille monoparentale. Alors oui, elle sait très bien ce que c’est, que de rentrer de l’école toute seule, faire ses devoirs toute seule, se faire à manger toute seule, et surtout apprendre la vie toute seule.

C’est tout une génération d’enfants qui n’a personne à qui parler.

La vie est triste, quand on est une petite fille solitaire, trop habituée au silence d’une maison vide. La pauvre Bénédicte s’est sentie seule et abandonnée durant toute son enfance. Elle enviait ses copines qui avaient une vraie maman.

Une maman amie, une maman complice, une maman présente, une maman confidente qui partage les petits secrets et qui soigne les petits bobos.

La mère de Bénédicte travaillait dur pour payer les factures. Elle enchainait les petits boulots, parfois plusieurs en même temps pour offrir à sa fille le minimum. De quoi se loger, se nourrir et se vêtir. Bien sûr, ça ne suffisait pas.

Les autres mamans la faisaient rêver.

Les mamans de ses copines étaient toujours là. Elles savaient toujours quoi dire, toujours quoi faire. Elles leur apprenaient à se coiffer, se maquiller, s’habiller ou faire de bons gâteaux. Plus important encore, elles jouaient avec leurs filles.

Elle était jalouse de ses copines qui avaient toujours quelqu’un avec qui s’amuser. Un grand frère, une petite sœur, un papa ou une maman. Elle aurait voulu jouer à tous ces jeux qu’elle voyait dans les pubs, les dessins animés ou les séries télé.

Bénédicte aurait donné n’importe quoi pour avoir une maman qui la conseille, qui l’aide, qui l’écoute, qui la comprend, ou qui la soutient quand elle avait le cœur brisé. Elle aurait voulu avoir quelqu’un avec qui parler des garçons.

Elle qui n’a jamais eu de père, a toujours cherché chez les garçons, un père de substitution. Elle recherche cette caricature de « bon père de famille » qu’on retrouve dans toutes les bonnes séries Disney.

Un super papa à la mâchoire carrée, aux épaules larges, fort et doux à la fois, qui traite sa fille comme une princesse. Un super papa, qui fait passer sa famille avant tout le reste. Un super papa qui fait de gros câlins, pour soigner de gros chagrins.

Bénédicte n’a jamais eu tout ça.

Fille unique, elle s’est jurée de ne jamais reproduire le schéma de ses parents. Enceinte trop vite, marié trop jeune, divorcé trop tôt. Bénédicte a trop souffert pendant son enfance, de « l’absence du père ».

Bien sûr, elle sait que pour elle, c’est trop tard, mais pour les autres, elle se dit qu’elle peut encore faire quelque chose. Dès son plus jeune âge, Bénédicte s’est jurée de faire tout ce qu’elle pourrait, pour offrir aux autres enfants, toutes ces choses qu’elles n’a jamais eu.

Bénédicte sera leur maman de substitution.

Les enfants qui s’élèvent tout seuls tombent dans tous les pièges de la vie. Pour apprendre de leurs erreurs, ils doivent d’abord tomber et malheureusement pour eux, ils ne peuvent pas compter sur la main tendue d’un parent aimant, qui les aide à se relever.

Bénédicte sera celle qui leur tend la main.

Depuis son petit bureau d’institutrice, Bénédicte parle de toutes ces choses qu’elle aurait voulu savoir quand elle était plus jeune. De toutes ces choses qui peuvent aider ces futurs parents, qui ne sont aujourd’hui encore que des enfants.

Dans sa salle de classe, Bénédicte leur enseigne la vie. Elle leur fait la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes, de l’avortement, du mariage gay, du partage des tâches ménagères, de l’émancipation sexuelle, de l’égalité des salaires, de la libération sexuelle des femmes, de la fin du patriarcat et bien plus encore. Accrochez-vous, c’est parti :

Les relations hommes-femmes

Les relations entre les hommes et les femmes doivent être égalitaires. Les relations complémentaires, traditionnelles, religieuses, économiques, purement sexuelles ou encore familiales, n’existent pas.

Les femmes doivent demander aux hommes d’effectuer les tâches ménagères, de participer à l’éducation des enfants et de rester à la maison, pour permettre aux femmes de saisir leurs opportunités professionnelles. Si les hommes leur demandent de faire la même chose, c’est sexiste.

Avortement

Aucune femme ne doit garder un enfant avant d’avoir fait des études et obtenu un emploi qui rémunère autant que celui d’un homme. « C’est son corps, c’est son choix ». Seules les femmes ont le droit de choisir si elles veulent avoir des enfants, pas les hommes.

PMA

Une femme a le droit de faire un enfant toute seule et peu importe son orientation sexuelle. Les hommes non. Le mariage lesbien ou les familles monoparentales n’ont AUCUN impact sur la vie des enfants.

Sexualité

Avant de se marier, les femmes doivent d’abord explorer, découvrir leur sexualité, leur identité et leur orientation sexuelle. Une femme a le droit d’avoir de multiples partenaires sexuels, hétérosexuels, homosexuels et polyamoureux. Les hommes non. Ils doivent rester fidèles et s’investir sentimentalement dans des relations sérieuses.

Contraception

Les hommes doivent utiliser les nouvelles méthodes de contraception, comme l’anneau ou la vasectomie, afin d’augmenter le plaisir sexuel féminin et respecter le corps des femmes. Fini le préservatif, fini la pilule, c’est aux hommes de passer au bistouri.

Patriarcat

Les hommes doivent changer pour les femmes. Ils doivent se déconstruire pour renoncer aux valeurs du patriarcat. Ils doivent explorer leur sensibilité, découvrir leur part de féminité, pleurer en public, exprimer leurs sentiments. Les femmes n’ont pas à changer pour les hommes, ils doivent les accepter comme elles sont.

Changement de sexe

Le genre n’est qu’une construction sociale que chacun est libre de choisir. Le changement de sexe, de genre, ou d’orientation sexuelle est un droit, une liberté fondamentale que l’on peut exercer dès l’âge de 5 ans.

Choix du genre

En plus du genre masculin et féminin, il y a le genre « non binaire », « gender queer », « gender fluide », et « intersexe ». On peut se sentir « homme », « femme », « ni l’un ni l’autre » ou « les deux à la fois ». La science à tort d'affirmer que ce n'est une question de chromosome X ou Y. Il faut lutter contre l’hétéronormativité.

Religions

Les religions ne sont que des instruments d’oppressions, qui limitent les droits des femmes et les rabaissent à de simples taches de mères nourricières et de procréation. Ni dieu, ni maitre, à bas le patriarcat !

Port du voile

Battez-vous contre le voile, cet outil de ségrégation entre les hommes et les femmes, qui limite les libertés individuelles et l’émancipation des femmes. C’est de l’obscurantisme religieux et un instrument politique de lutte contre l’occident. Les musulmans sont dangereux.

Privilège blanc

Il faut mettre fin au « privilège blanc », qui permet aux personnes « non racisées », de bénéficier d’un ensemble invisible d’avantages non mérités, dû à la simple couleur de leur peau. Les blancs doivent demander pardon.

Et enfin, votez écologiste, sinon vous allez tous MOURIR !

Comme vous pouvez l’imaginer, les parents d'élèves ont hurlé. Son école à literalement brulé.

Des groupes de parents en colère se sont réunis devant son école, pour exiger la mise à pied immédiate, de celle qu’ils décrivent comme une militante politique, qui endoctrine leurs enfants, afin d’influencer leur vote, lorsqu’ils seront en âge de voter.

En réponse, d’autres groupes de parents ont organisé une contre-manifestation, pour soutenir celle qu’ils décrivent comme une défenderesse des droits et des libertés, ou encore comme une institutrice courageuse, qui véhicule un discours progressiste de vérité, en parfaite adéquation avec les évolutions de société.

La manifestation a très vite dégénéré.

Des échauffourées ont éclaté entre d’un côté des militants fascistes et des extrémistes religieux, et de l’autre, des violents Black-blocks d’ultra gauche et des antifascistes laïques pro LGBT.

Insultes, menaces, agressions physiques, violences verbales, slogans haineux, graffitis, jets de projectiles, on se serait cru en pleine guerre civile. L’entrée du bâtiment scolaire a même été incendié par un cocktail Molotov !

Pris de panique, le gouvernement a envoyé en urgence son ministre de l’éducation pour tenter de calmer le jeu. Sans surprise, il a fait ce que font tous les ministres, quand on leur demande de résoudre un problème :

Il s’est défaussé de toute responsabilité.

Après un beau discours poignant sur les dangers de la montée de tous les extrémismes, le ministre a mis Bénédicte à pied, à titre conservatoire, en attendant les résultats d’une enquête interne, basée sur le droit du travail.

En d’autres termes, tout est de la faute de Bénédicte. Quant au wokisme à l’école primaire : même pas en rêve.


À VOUS DE JOUER !

Organisez un apéro débat autour de cette oeuvre et répondez au questionnaire en cliquant sur le bouton ci-dessous.




Le petit sondage

Le biberon woke : Enseigner des opinions ?

Acceptez-vous qu'on enseigne à l’école des opinions politiques, des idéologies, des croyances religieuses, des orientations sexuelles ou des visions de société ?
Veuillez sélectionner un réponse.
Please select either existing option or enter your own, however not both.
Please select minimum 0 answer(s) and maximum 4 answer(s).
/component/communitypolls/?task=poll.vote
9
checkbox
[{"id":"40","title":"A. M\u00eame pas en r\u00eave.","votes":"0","type":"x","order":"1","pct":0,"resources":[]},{"id":"41","title":"B. Oui compl\u00e8tement, ces sont des sujets comme les autres. Tout est une question d\u2019\u00e9ducation.","votes":"0","type":"x","order":"2","pct":0,"resources":[]},{"id":"42","title":"C. Non, c\u2019est trop dangereux. Le jour o\u00f9 le gouvernement change, les programmes scolaires changent aussi et on se retrouve avec n\u2019importe quoi dans les manuels scolaires.","votes":"0","type":"x","order":"3","pct":0,"resources":[]},{"id":"43","title":"D. Oui, il faut bien que quelqu\u2019un s\u2019en occupe. Les enfants ont des questions mais les parents sont absents ou d\u00e9missionnaires.","votes":"0","type":"x","order":"4","pct":0,"resources":[]}] ["#6d98ab","#00275e","#feb729","#a8b1b8","#ffffff","#000000"] ["rgba(109,152,171,0.7)","rgba(0,39,94,0.7)","rgba(254,183,41,0.7)","rgba(168,177,184,0.7)","rgba(255,255,255,0.7)","rgba(0,0,0,0.7)"] 350
bottom 200

Cron Job Starts

Sur le même thème

Commentaires (0)

Classé 0 sur 5 et sur 0 votant
Il n'y a pas encore de commentaire posté.

Ajouter vos commentaires

  1. Poster un commentaire en tant qu'invité. S'inscrire ou se connecter à votre compte.
Rate this post:
Pièces jointes (0 / 3)
Partager votre localisation
Tapez le texte présenté dans l'image ci-dessous. Pas clair ?

Catégories

NOUVEAUTÉS

LES TITRES

Cron Job Starts